• Magic Kingdom

    Magic Kingdom


J’ai terminé le programme il y a maintenant un peu plus de 3 mois. Et je ne suis rentré qu’avec un seul regret: celui de ne pas avoir assez partagé mon expérience ici. Ce fut la meilleure année de ma vie et voici pourquoi.

Les questions qu’on vous pose le plus une fois rentré: « Alors c’était comment ? », « Tu dois être bilingue maintenant ? » et « T’es content d’être rentré ? ».


C’était comment ? Enrichissant, horrible et incroyable, court et long, tout cela en même temps. J’ai eu du mal à m’y faire lorsque je suis arrivé. En fait, j’ai eu du mal les 6 premiers mois ! Je met toujours du temps avant de réaliser ce qui est en train de m’arriver. Je me suis émerveillé sur tout et j’ai tenté de rester positif le plus longtemps possible.

Lorsque je suis arrivé, j’étais avec une future collègue, nous avions dormi ensemble la nuit d’avant histoire d’arriver en même temps et de ne pas être tout seul le premier jour. Nous avons vite fait notre check-in et découvert que nous étions à Vista Way, la plus ancienne des 4 résidences Disney. J’étais en collocation avec 2 Italiens et 1 Allemand, tous mineurs. J’en avais fait la demande pour éviter qu’il y ait des soirées dans notre appartement par exemple puisque l’alcool y était interdit (et je ne le regrette pas).

C’est là que ça devient enrichissant: vous apprenez à vivre en colloc avec des personnes qui n’ont pas le même sens de l’organisation et du respect que vous. Par exemple: il faut s’organiser pour le ménage pour ne pas se retrouver à lessiver le sol à 23h la veille de l’inspection. Non, vous n’avez pas envie de partager votre pot de Nutella avec tout le monde. Ou encore il faut faire avec si votre colloc rentre déchiré tous les lundis vers 3-4h en rentrant de l’Happy Monday et en faisant du bruit dans votre chambre.

Et c’est sans compter les petites surprises du quotidien. Des amies avaient des cafards dans leur appartement. Vos collocs sont partis ? Allez hop vous déménagez et changez d’appartement. Et si vous sentez que le vent se lève, pensez à regarder la météo et à voir si un ouragan n’est pas en approche.

Et le travail dans tout ça ? C’est la raison de votre venue mais ce n’est pas pour ça que vous resterez. Si vous savez respecter des procédures et dire oui à tout sans avoir de reconnaissance, alors ce job est fait pour vous. Vous allez faire des semaines de 40 heures en moyenne voire plus en fonction de la saison et du nombre de collègues que vous aurez. En fait, partez du principe que vous serez mal payés, avec des horaires du type 15h00 – 00h00 puis 8h00 – 15h00 le lendemain et que vous n’aurez ni votre jour de Noël ni votre jour de l’An entre autres.

J’ai travaillé 2 semaines à la Bakery, pas assez pour en être dégouté. Je suis ensuite resté 7 mois environ à travailler dans des kiosques dehors à vendre des crêpes, glaces et de l’alcool. Autant vous dire que je n’avais plus besoin d’utiliser mon cerveau et que je ne cherchait plus à comprendre ces visiteurs qui prennent une glace par 5-10 degrés (oui il peut faire froid l’hiver en Floride !). Ensuite direction les restaurants du pavillon en tant que commis et barman (juste 1 mois, je n’ai pas aimé). L’épuisement de ces premiers mois et l’ambiance bien « spéciale » vous démotiveront encore plus mais non, vous voulez rester pour toucher cette prime de fin de programme ! Et puis vous ne penserez plus à faire votre valise lorsque vous compterez vos dollars à la fin de la journée.

Et malgré tout ça, c’était incroyable. Vous vivez en Floride, vous rencontrez des personnes uniques que vous n’auriez jamais rencontré en temps normal et vous faites des amis pour la vie. Vous pouvez aller bronzer à la piscine avant d’aller au travail, vous prévoir un week-end à Chicago pour la semaine prochaine ou plus simplement aller dans les parcs Disney autant que vous le voulez. Vous ressortirez de ce programme grandit et j’espère autant que je l’ai été.


Tu dois être bilingue maintenant ? J’ai progressé mais ça peut ne pas être le cas de tout le monde. Si vous avez un niveau d’anglais normal, c’est-à-dire celui qu’on doit avoir en sortant de l’école, il sera largement suffisant pour postuler. Mais vous pourrez perdre un peu.

Ce n’est pas au travail que vous progresserez puisque vos collègues sont français et vous répéterez la même chose toute la journée aux visiteurs. « Hi, how can I help you ? », « Cup or cone ? », « Be careful, the plate is hot ». Votre accent français fera fureur et, mieux, vous saurez expliquer à un Américain où se trouve votre ville en France en moins de 10 secondes.

Il faut se forcer à discuter avec vos collocs par exemple, à sortir avec vos voisins ou encore rencontrer d’autres personnes à l’extérieur. C’est ce que j’ai fait et je ne le regrette pas. Ce n’est pas un visiteur brésilien parlant un peu l’anglais qui vous apprendra de nouvelles expressions ou vous montrera que votre prof d’anglais vous a vraiment raconté n’importe quoi.


T’es content d’être rentré ? Oh non ! Si j’étais rentré dans les 6 premiers mois de mon programme, j’aurais répondu oui et j’aurais eu des regrets. Mais à force vous avez vos habitudes, vous avez enfin repéré ce qui est comestible en allant faire vos courses à Walmart et, surtout, vous avez des amis que vous ne voulez pas quitter. En plus, partir d’Orlando pour quoi ? S’inscrire à Pôle Emploi 1 mois après avoir quitté l’Housing parce que vous n’avez rien trouvé ? Non.

Plus sérieusement, c’est mon ressenti personnel. Je déprime depuis que j’ai retrouvé ma chambre. J’ai repris le travail 2 jours après mon arrivée à Roissy histoire d’être occupé. Et j’étais tout de même content de retrouver ma famille, mes amis et une bonne baguette croustillante entre autres.


Est-ce que je conseillerai ce programme: oui. Vous serez excité avant de partir, dégouté une fois sur place et grandit une fois rentré.

Lire la suite


Rendez-vous à 10h45.

J’avais prévu un peu d’avance puisque je prenais les transports en commun. Je suis arrivé vers 10h15 au niveau des Champs-Élysées et l’ambassade est juste en-dessous, à côté de la Place de la Concorde (carte). Il y a le parc des ambassadeurs juste devant ce qui m’a permit d’attendre tranquillement l’heure du rdv.

10h45, je me présente sous la tente à l’extérieur, il y avait une petite file de 3-4 personnes. On se fait d’abord palpé et les sacs sont contrôlés. Sachez que sont interdits les bouteilles, la nourriture, les ordinateurs et les gros sacs (entres autres). Personne pour les garder: soit ça part à la poubelle, soit vous ne rentrez pas. Un personne vérifie ensuite les documents à apporter: le passeport, la confirmation du DS-160, le I-797B, la lettre d’offre et, pour mon cas, les photos d’identité.

On fait ensuite une petite queue pour rentrer dans un premier bâtiment pour un contrôle supplémentaire. On passe sous un portique de sécurité et le contenu de nos poches et sac est passé aux rayons-X. Ils gardent nos portables que l’on récupère à la sortie.

On rentre enfin dans le bâtiment principal où l’on fait une première fois la queue. C’est à ce guichet que les papiers sont vérifiés une nouvelle fois, on nous pose 1 ou 2 questions pour vérifier que les informations sont correctes et on nous prend nos empreintes digitales. Je n’ai pas vraiment été dépaysé puisque j’ai eu à faire à une française désagréable, une vraie guichetière comme on les connait ! Seul le portrait de Barack Obama m’a rappelé que j’étais en territoire américain.

Puis, 2ème queue, un peu plus longue (environ 15 minutes) pour les guichets d’entretien. Il y en avait 3 ce matin-là avec 1 française et 2 américains. Je suis tombé sur un américain très aimable, gentil avec un brin d’humour. Il m’a demandé en quoi consisterai mon travail sur place, ce que je faisais actuellement en France, ce que je comptais faire après cette expérience et je crois que c’est tout. Il a ensuite pris son stylo et mentionné mon document du tant espéré “Approved”. Seule condition néanmoins, je dois faire la bise à Mickey de sa part ! Il m’a dit que mon passeport (qu’ils gardent afin de nous mettre le visa) me seraient envoyé sous 3-4 jours ouvrables.

Je suis ressorti de l’ambassade à 11h15. J’avais rendez-vous un vendredi et j’ai reçu mon passeport par courrier (dans une simple enveloppe en envoi prioritaire) le mercredi.

Lire la suite


Pour commencer, un peu de vocabulaire:
I-797B: document regroupant les noms et prénoms de toutes les personnes qui arriveront dans la même période que vous, envoyé par Disney et indispensable pour le DS-160
DS-160: demande de Visa auprès de l’ambassade des États-Unis d’Amérique
Q1: type de votre visa (Cultural Exchange Visitor)

Tout commence lorsque vous recevez un mail vous invitant à récupérer votre document I-797B en ligne (je l’ai reçu environ 2 mois avant ma date de départ). Dans le cas où vous ne l’auriez pas reçu, IS vous le renvoi quelques jours plus tard ainsi que d’autres informations bien utiles, notamment le processus de demande de visa.

1- Le DS-160

Avant de commencer, assurez-vous d’avoir un peu de temps devant vous (environ 2 heures), une photo d’identité sur votre ordinateur, le mail d’International Services et les nerfs bien solides.

Rendez-vous sur ce site: https://ceac.state.gov/genniv/. Choisissez votre pays et cliquez sur Start an application.

Vous allez devoir répondre à beaucoup de questions, simples pour la plupart. Vérifiez bien tout ce que vous écrivez et n’allez pas trop vite (un peu quand même car vous êtes déconnectés automatiquement après quelques minutes sans rien faire …). Informations personnelles, type de Visa (Q1), votre contact aux US, informations sur votre famille etc. …

Vous pouvez vous aider de ce site pour le remplir.

Après toutes les questions, téléchargez votre photo, validez et passez à l’étape suivante.


Quoi ? Vous avez un problème avec la photo ? Vous aussi ? Pas de panique !

Votre photo est acceptée par l’outil de vérification des photos mais, une fois revenu sur le formulaire, vous avez ce message: « An error occurred while processing your photo. Please try again later. » Ce cas arrive 1 fois sur 1 million (à peu près) et c’est tombé sur moi (et vous). Autant vous dire que j’ai faillit pleurer ! Et oui, pas de DS160 = pas de visa = pas de Floride. J’ai passé 24 heures bloqué devant ce message. Mais j’ai finit par trouver une solution (et ce n’est pas grâce à l’ambassade).

Dans l’outil, téléchargez une photo de n’importe quoi (vache, plage …), cliquez sur « Upload selected photo » mais, magie, vous pouvez cliquer sur « Continue without a photo« . Un nouveau message apparait alors « You must bring with you a passport-like photo to your interview » et voilà !

De rien.

2- Prendre RDV

Vous avez fait le plus dur. Rdv ensuite sur ce site: https://usvisa-info.com. Vous devez vous inscrire et rappeler votre numéro de DS-160. La paiement arrive ensuite. Certains ont des problèmes pour effectuer le paiement par carte mais, pas de panique là aussi, vous pouvez payer par virement bancaire (ça prend juste un peu plus de temps). Puis vous choisissez la date et l’heure de votre choix et voilà !

La rendez-vous à l’ambassade, c’est par là.

Lire la suite


J-7 avant le départ et je ne m’en rend toujours pas compte.

Mes sentiments sont partagés. Je me suis imaginé vivre cette expérience depuis tellement longtemps (des années) que j’ai l’impression de l’avoir déjà vécue. Et je suis presque blazé de devoir y retourner aller. C’est horrible de dire ça mais je ne me focalise, du coup, que sur les côtés négatifs de ces prochains mois: vivre en collocation, perte de mes habitudes, faire un travail difficile et peu rémunéré … Je n’arrive pas à me raisonner mais je pense que je vais m’en rendre compte une fois que j’y serai !

Niveau administratif, je n’ai pas beaucoup de choses à faire: résilier mon abonnement téléphonique, donner des procurations pour les élections de l’année prochaine et sur mes comptes en banque. Il faut aussi que je fasse un grand ménage, que je commence à faire mes valises … Et je n’ai toujours rien fait !

Enfin, depuis un moment, je passe ma vie au restaurant avec mes amis. Je profite d’eux au maximum avant de partir et je récupère leurs adresses. Je me suis engagé, pour certains, à envoyer une carte par semaine. On verra bien si je vais tenir !

(Si vous partez bientôt et que vous avez les mêmes impressions, dites-vous que c’est normal !)

Lire la suite